Victor Hugo

L'homme océan

Représentant illustre de la littérature Française et grand défenseur des grandes causes dont les mots résonnent encore aujourd’hui dans notre quotidien, Victor Hugo avait aussi une autre passion plus méconnue : les Voyages.

Dès son plus jeune âge avec sa mère puis accompagnée de son amour adultère, Juliette Drouet, cet homme illustre a parcouru les régions de France et d’Europe, sources indéniables pour l’écriture de ses romans devant la contemplation de monuments et paysages qui l’ont fasciné, autant d’inspirations dans l’essor du Romantisme.

C’est dans le cadre de ses voyages annuels avec Juliette Drouet que Victor Hugo a parcouru les côtes du Nord de la France, et plus précisément Ault et Le Tréport pour notre Destination, dont nous avons le précieux témoignage puisque cet Homme de Lettres avait pour habitude d’envoyer une lettre à sa femme Adèle, pour lui faire part du récit de ses Voyages.

C’est ainsi dans une lettre du 6 août 1835 qu’il écrit : « Le soir je suis venu au Tréport, ne pouvant me résigner à coucher si près de la mer sans l’avoir à la semelle de mes souliers ».

Deux ans plus tard, le 8 septembre 1837, en partance du Tréport avec un guide le long du sentier des douaniers, il arrive à Ault avec pour but de découvrir l’endroit précis où commence la Falaise : « Cet endroit est beau, je ne pouvais m’en arracher ».
Ainsi, fruit de ses rencontres et fasciné par la configuration géographique si particulière, Victor Hugo citera Ault dans son livre : « Les travailleurs de la mer », écrit en 1866 lors de son exil à Guernesey. Et on peut aisément transposer, en lisant les descriptions lyriques de la force de la Nature lors des tempêtes marines dans ce livre, aux phénomènes maritimes similaires si caractéristiques sur nos côtes.